img_acquisition

"CONTRADICTIONS" AU MUSEE D'ART ET D'HISTOIRE, GENEVE
Visite en compagnie d’Estelle Fallet, Christian Rümelin et Gilles Perret, commissaires
Mardi 15 juin 2021 à 12h30

A l'invitation de la Société des Amis du Musée d'Art et d'Histoire (SAMAH), les membres de l'AAA sont invités à participer à une visite commentée de l'exposition "Contraditions". Nombre de places limité.

 

Une idée répandue veut que toute forme de multiplication soit synonyme de perte d'originalité. Mais ce potentiel de diffusion englobe, au contraire, des aspects inattendus : il interroge la créativité même. Cette exposition convie ainsi à un voyage au cœur même de l’acte artistique.(...) 

 

Pour plus d’information sur l’exposition : 

 

http://institutions.ville-geneve.ch/fr/mah/expositions-evenements/expositions/contradictions/

 

 

img_acquisition

Max van Berchem. L'aventure de l'épigraphie arabe, MAH
au Musée d'art et d'histoire, en compagnie de Bénédicte de Doncker, commissaire
Vendredi 4 juin 2021 à 12h30

 

Le MAH rend hommage au savant genevois Max van Berchem (1863-1921). Cet orientaliste est connu pour avoir fondé l’épigraphie arabe, autrement dit l’étude des inscriptions de langue arabe. Avec l’aide d’un réseau international de chercheurs, il les a récoltées sur place, parfois avant leur destruction, les a classées et étudiées dans des ouvrages réunis sous le titre de "Corpus Inscriptionum Arabicarum"

 

Cette exposition s’intéresse à la personnalité du chercheur et à son attachement au patrimoine local. Elle révèle les conditions matérielles dans lesquelles il a mené son travail et souligne son apport à la compréhension de l’art et de la civilisation islamiques.

http://institutions.ville-geneve.ch/fr/mah/expositions-evenements/expositions/max-van-berchem/

img_acquisition

"Chrysanthèmes, Dragons et Samouraïs" au Musée ariana
Visite guidée par Stanislas Antonioz, commissaire de l'exposition
Mardi 1er juin 2021 à 12h30

Entre influence étrangère et tradition, ces objets d’usage quotidien ou d’apparat, figurines et œuvres monumentales sont conçus en majorité pour le marché étranger. Depuis leur importation en Europe au 17e siècle jusqu’aux Expositions universelles du 19e siècle, ils n’ont cessé de fasciner les Occidentaux.

Cette collection publique genevoise n’avait pas encore fait l’objet d’une étude spécifique. Chrysanthèmes, dragons et samouraïs – La céramique japonaise du Musée Ariana, quatrième volet du cycle « L’Ariana sort de ses réserves », se propose de combler cette lacune. Ce projet a été l’occasion de mener une importante campagne de restauration et de mettre en lumière des acquisitions récentes issues de généreuses donations.

Illustration : Femme au paravent, Manufacture céramique Goraku (île de Ky?sh? ?), décor peint par Eishin, Yokohama ?, c. 1870-1890, H. 28 cm, L. 21 cm 

Legs Gustave Revilliod, 1890 – Inv. AR 8986

Photo: Mauro Magliani et Barbara Piovan

img_acquisition

Uwe Wittwer - Aiko Watanabe, Jürg Walter / Les écrins de la colère
Visite guidée des deux expositions par Anne-Claire Schumacher, conservatrice en chef et commissaire
Jeudi 20 mai 2021 à 12h30

 Le Musée Ariana ouvre ses portes à l’artiste visuel Uwe Wittwer (Suisse, 1954), pour une double exposition qui fait la part belle au dialogue entre les disciplines artistiques. 

Le point de départ de l’exposition « La Maison imaginaire » est le film culte de Kenji Mizoguchi : « Contes de la lune vague après la pluie » (en japonais : « Ugetsu Monogatari »), 1953. Ce film relate l’histoire d’un potier et de sa famille au 16e siècle. Sur fond de guerre civile, ce conte romantique, situé au bord du lac Biwa, filmé comme une peinture en noir et blanc, mêle réalité et esprits, amour, ambition et perte. S’appuyant sur ce terreau fertile, Uwe Wittwer (Suisse, 1954), Aiko Watanabe (Japon, 1971) et Jürg Halter (Suisse, 1980) expriment, chacun dans la discipline artistique qui leur est propre, une vision personnelle du film. 

En parallèle, Uwe Wittwer propose « Les Écrins de la colère », un contrepoint entre ses œuvres en verre peint et imprimé, et des figures et oiseaux issus des collections du Musée Ariana. Mis en scènes dans les douze vitrines de la galerie du Musée, ces écrins distillent l’atmosphère sulfureuse de la jungle amazonienne qui imprègne le film de Werner Herzog « Aguirre, la colère de Dieu » (1972). 

img_acquisition

MEISSEN - FOLIES DE PORCELAINE, Trésors dévoilés de collections suisses
Visite guidée de l'exposition par Isabelle Payot Wunderli, chargée de projets, au Musée Ariana
vendredi 21 février 2020 à 12h30

Cette exposition propose une plongée dans la grande aventure que fut la découverte, en Europe, de la porcelaine. Mille ans après la Chine, le premier objet créé dans ce matériau précieux voit le jour, à Meissen (Allemagne), au début du 18e siècle, et cela au gré de multiples aventures – rocambolesques parfois et certainement romanesques.

Les collections suisses, publiques et privées, recèlent de véritables trésors. C’est le cas de la porcelaine en général, et de celle de Meissen en particulier. Révéler la richesse du patrimoine privé, souvent conservé à l’abri des regards, tel est l’enjeu de ce projet pour lequel plusieurs collectionneurs ont accepté de confier au Musée Ariana une partie de leur extraordinaire collection.

Ce sont les débuts de la manufacture et ses principaux protagonistes – tels que Böttger, Höroldt, Kändler – qui seront mis en lumière. Au-delà des pièces exceptionnelles exposées, c’est tout un pan de l’histoire de l’art présenté au public. Comment par passion, convoitise ou opportunisme, des hommes se sont lancés dans la quête d’un graal, la découverte de la porcelaine, véritable or blanc, au risque d’y perdre leur fortune et parfois même leur raison.

En visite croisée à l'initiative de la Société des Amis du Musée d'art et d'histoire - SAMAH

img_acquisition

Inauguration - Invitation
Dévoilement de la plaque épigraphique en mémoire de Gustave Revilliod
Mardi 14 janvier 2020 à 11h30

Le Conseil administratif de la Ville de Genève et l’Association des Amis du musée Ariana vous prient de leur faire le plaisir d’assister au dévoilement de la plaque épigraphique à la mémoire de Gustave Revilliod qui sera apposée sur la façade de son hôtel particulier, situé au 12 rue de l'Hôtel-de-Ville, ainsi qu’à la réception qui suivra, offerte par la Ville de Genève.

 

 

img_acquisition

"Trésors retrouvés"
Auditorium du MAH - conférence par Gilles Perret, conservateur du Cabinet de numismatique
Jeudi 21 novembre 2019 à 12h30

En partenariat avec la Société des Amis du Musée d'art et d'Histoire - SAMAH

Au cœur de l’activité muséale se trouvent les collections. La continuité des politiques d’acquisition, d’inventaire, de recherche et de mise en valeur est donc une constante des métiers de la conserva­tion. Pourtant, chaque responsable de collection porte un regard différent sur le patrimoine qui lui est confié. Pour la SAMAH et les membres des AAA invités, le tout nouveau conservateur des monnaies et médailles du Musée d'Art et d'Histoire présente sa vision des collections genevoises ainsi que les richesses qu’il y a déjà découvertes.

Par sa formation d’archéologue, Gilles Perret aime s’attacher au quotidien. Petites monnaies, jetons de ponts et méreaux de communion : que nous disent-ils des us et coutumes genevoises dont nous avons aujourd’hui perdu l’habitude ? A l’inverse, les crises monétaires n’avaient-elles pas le même impact sur les populations qu’aujourd’hui ?

Après avoir beaucoup fréquenté les artistes et médailleurs suisses, le conférencier de cette soirée aime aussi à parler des techniques de création et de production. Car en médaille comme en poésie, les contraintes sont nombreuses, mais elles forcent surtout l’artiste à se surpasser pour aller à l’essentiel. Le message alors n’en acquiert que plus de force. 

 

img_acquisition

VISITE GUIDEE DE L'EXPOSITION JOHAN TAHON AU MUSEE ARIANA (EN PARTENARIAT AVEC LA SOCIETE DES AMIS DU MUSEE D'ART ET D'HISTOIRE DE GENEVE - SAMAH)
- par Anne-Claire Schumacher, conservatrice en chef et commissaire de l'exposition
mardi 14 novembre 2019 à 12h30

En partenariat avec la Société des Amis du Musée d'art et d'Histoire - SAMAH

La sculpture céramique de Johan Tahon (Belgique, 1965) est puissante et expressive. Si elle se développe de manière originale et personnelle, elle trouve d’abord son ancrage dans les œuvres et les mythes du passé.

Ses figures visent à l’essentiel, elles ne cherchent pas à séduire ni à tromper ; elles expriment la densité et la complexité de la condition humaine. Les stigmates du moulage, les trous qui induisent une perméabilité entre l’intérieur et l’extérieur, le badigeon d’émail immaculé sont autant de marques d’identité d’une œuvre qui oscille entre rusticité et raffinement, murmure et silence.

L’exposition du Musée Ariana met en scène, dans une mystique universelle, moines et albarelli, anges et démons, mais également nos frères et sœurs de terre. Passionné de majolique italienne et de faïence hispano-mauresque et collectionneur lui-même, les sculptures de Johan Tahon s’immiscent jusque dans les vitrines de faïence ancienne.

 

img_acquisition

"Modalités et enjeux des efforts de reconstitution de la collection d’horlogerie et d’émaillerie (2003-2019)
Auditorium du MAH - conférence donnée par Mme Estelle Fallet, conservatrice en chef des collections d'horlogerie, émaillerie, bijouterie et miniatures
Jeudi 17 octobre 2019 à 12h30

Le Musée d’art et d’histoire de Genève conserve d’importantes collections d’horlogerie, bijouterie, émaillerie et miniatures. Ce fonds résulte de la réunion des objets issus du Musée des arts décoratifs, du Musée archéologique et du Musée de l’école d’horlogerie, ainsi que des dons liés à des collections privées ou à des créateurs et fabricants. Le développement du corpus a été assuré par une politique d’enrichissement cohérente, au fil des décennies : le corpus compte aujourd’hui quelque 20'000 pièces. Or, ces collections ne sont plus présentées au public de manière permanente, depuis la fermeture du Musée de l’horlogerie et de l’émaillerie, suite à un cambriolage subi en 2002.

Depuis lors, la reconstitution de la collection tronquée a été orientée pour rétablir un corpus harmonieux et replacer la collection dans son degré qualitatif antérieur, afin de poursuivre les buts du musée, à savoir être le témoin vivant de l’importance de l’activité horlogère exercée à Genève, de manière in-interrompue, depuis le XVIe siècle. Enjeux, mécanismes, logiques, contraintes et aléas de cette reconstitution feront l’objet de l’intervention, abondamment illustrée.

A l'invitation de la Société des Amis du Musée d'art et d'histoire - SAMAH

 

 

img_acquisition

VISITE GUIDEE DE L'EXPOSITION "THEIERES EN GOGUETTTE" AU MUSEE ARIANA (EN PARTENARIAT AVEC LA SOCIETE DES AMIS DU MUSEE D'ART ET D'HISTOIRE DE GENEVE - SAMAH)
- par Marie-Hélène de Ryckel, commissaire de l'exposition
mardi 15 octobre 2019 à 12h30

 

Née au début du 16e siècle en Chine, la théière va connaître une diffusion fulgurante.

Elle parvient en Europe par le biais des grandes Compagnies des Indes orientales, de puissantes entreprises commerciales. Plus qu’un simple objet utilitaire, aujourd’hui bien connu dans nos contrées, la théière représente un art de vivre et répond à des habitudes et des coutumes qui se propageront dans les couches sociales les plus élevées. Son usage s’imposera plus largement tout au long du 18e siècle.

Cette exposition, conçue par la médiation culturelle, fait aussi appel à vos sens. Outre la vue, l’odorat rarement convié dans les musées est sollicité, sans compter quelques activités autour du goût. La diversité des styles, des décors ou des éléments ajoutés – prises, goulots ou anses – révèlent une mode en perpétuelle évolution.

http://institutions.ville-geneve.ch/fr/ariana/visiter/expositions/en-cours/theieres-en-goguette/